AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 HF3 [RP] L'apprentie Pourpre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
DurandalAdmin
avatarProfilMissives : 517
Inscription : 29/09/2013
Age : 28
Localisation : Terre - Continent Européen
MessageSujet: HF3 [RP] L'apprentie Pourpre   Mar 27 Oct - 2:14



L'apprentie Pourpre

l’An 349 du Cycle d'Hedarion - la Tour de Claireroche

Un messager à dos de cheval aux couleurs de la garde pourpre arriva après un long périple aux abords de l'île de claireroche. Alors qu'il se précipitait sur les grilles pour quémander quelque boisson pour étancher sa soif, un garde de la communauté marchande le stoppa.

- Hola chevalier! d'où viens-tu et que fait tu en ces terres si éloignées des tiennes?

- C'est marchand, que je porte un message pour le commerçant sombre!

Le soldat déboula dans une pièce mal éclairée, haletant comme un bœuf. Son armure grinçait avec volupté au moindre de ses pas.
- Ma dame, un cavalier vêtu de rouge vous demande. Elle porte un message qui semble vous être personnellement destiné. Puis-je la faire entrer?

Une petite silhouette vêtue de crinoline rouge et noire s'avança vers la porte entrouverte et le soldat essoufflé.

- Faite la monter dans mon bureau, au premier, et demandez à ce qu'on nous apporte du vin... du rouge de préférence.

Lantis monta l'escalier en colimaçon menant à son bureau éclairé de multiples chandelles. Elle prit place dans le lourd fauteuil en bois d'ébène et attendit qu'on lui amène l'étrange individu et le message qu'elle portait.

Le messager entra dans une pièce remplies de chandelles, derrière lui se trouvait un soldat bien gras. Le porteur de message se découvrit laissant apparaître une chevelure pourpre, qu'elle ironie.
Lorsque Adeline rencontra le regard de la sombre dame elle fut parcouru de frisons, ces yeux...

- Je me présente, Adeline de La famille Amélie...mon père, Dwalen m’envoie vers vous pour vous faire une proposition pour la moins inhabituelle par chez nous, les combattants.
Je vois que vous êtes disposée à en parler


Sur ces mots elle prit un siège et un verre qu'elle remplit de vin, cette petite était pleine d'insolence et n'avais encore jamais été domptée par qui que ce soit.

- Mon père, et par conséquent ma famille aimerais devenir votre partenaire de discutions...

Les pupilles de Lantis émirent cet éclat de braise qui les caractérisait tant.

Ces dernier temps beaucoup de vivant venaient la trouver, pour quelque petit service. Des potions, des sorts, des rituels dangereux même. Elle en venait presque à apprécier leur présence.

Elle laissa le vin à la robe rubis tourner dans son verre de cristal un long moment.

- Tu te mets vite à l'aise, et tu n'as pas peur, j'apprécie ce... courage.
Si tu souhaites venir au laboratoire, que ce soit pour converser ou simplement pour voir passer le temps cela ne me dérange pas.

- Je n'ai que trop peu de conversation avec les peuplades du monde vivant....et les morts ne sont guère prolixe.

Adeline fut surprise de voir un quelconque éclat dans les yeux de Lantis. Elle trouva cela fort ironique d'y voir une étincelle pourpre s'y refléter, ceux venant d'un marchand se disant relativement neutre.

Elle avait parcouru de longue journée sur le dos de son cheval pour arriver à claireroche, et cela par la faute de son père qui lui avait ordonné de porter un message. Quel vieux schnock! pensa-t-elle.
Elle saisit le verre à vin par le pied et le porta à ses lèvres pour savourer le magnifique breuvage couleur sang.

- Je ne souhaite pas venir qu'au laboratoire pour discuter, je souhaiterais apprendre...Mais apprendre quoi me direz-vous? Et bien apprendre vos différentes potions ou simplement observer vos expériences, qui selon certains dire sont fort intéressantes...

- Le Laboratoire est en quelque sort mon temple. L'endroit où tous sont sur de me trouver.
Je ne passe guère de temps dehors, et encore moi à faire de la paperasse. J'ai quelques subordonnés que d'autre appel ma famille.
Elle siffla ces derniers mots avec une certaine amertume. Lantis était une âme solitaire, l'unique Sombrelinceul encore en vie, et elle doutait un jour de pouvoir, ou même de vouloir enfanter réellement.

- Enseigner n'a jamais été un objectif, ni même une vague idée... Mais je serais stupide de ne pas me prêter au jeu, il pourrait en ressortir bien des choses... des choses intéressante qui sait...

Elle ouvra l'un des tiroirs et en extirpa un fin ouvrage à la couverture abîmé, elle le déposa devant la jeune cavalière pourpre.

- Ceci c'est la base de la base. Des astuces pour faire un thé plus parfumé qu'à l'accoutumée.

Elle lui offrit un très léger sourire, tout en gardant un doigt à l'ongle effilé sur la couverture élimée.

La jeune cavalière pourpre écoutait d'une oreille attentive les moindres mots de la femme assise devant elle. Malgré son aspect à premier abord effrayant la nécromante serait sans doute d'une grande aide si besoin s'en faisait sentir.

Adeline se posait de nombreuses questions à propos de son interlocutrice, savait-elle faire telle ou telle potions, ou pire pouvait elle réveiller les morts? Tout à coup un ricanement se fit entendre, Lantis l'avait-elle entendue? bien sûre que non c'était impossible! Adeline qui se pensait jusqu'alors imperturbable, trembla. Pour couvrir son embarras elle lança d'un ton bourru une question qui la taraudait:

- Mais...n'êtes vous pas censée être commerçante? Personne ne se doute donc de vos activités peu...ordinaires?

Aussitôt que ces mots eurent franchis la barrière de ses lèvres, la jeune pourpre les regretta, la nécromante lui jeta un regard entendu et continua sa présentation des ingrédients sous l’œil attentif de l'apprentie jeune femme.

- Qu'entendez-vous par thé parfumé, n'avez-vous rien de mieux à me proposer?

- Avant d'être une femme, j'étais une enfant. Avant d'être Nécromante je n'étais qu'étudiante dans les arts de l'alchimie éternelle. Avant d'être commerçante... une Nécromante levant les morts par centaines pour protéger le Sanctuaire de l'Outre monde, désormais dirigé par la lignée Schumann.
Lorsque le vent à tourner que je n'avais plus rien à tirer de mes semblable, j'ai cherché où avoir d'autre activités. J'ai croisée Elva alors que je cherchais des herbes pour travailler à un rituel de renaissance sur quelques espèces animales.
C'est ainsi que je suis devenue un membre du Consortium... ils avaient cette pièce inoccupée, un petit laboratoire que je me devait d'exploité.


- Je n'en reste pas moi quelqu'un au sang chaud, prête à en découdre à coup de membre en décomposition.

Elle s'enfonça dans son siège de bois noir, ajustant ses nombreux jupons.

- Je pourrais t'apprendre à maîtriser les esprits, à dominer tes adversaires sans avoir à les toucher. Je préfère prendre le contrôle que de prendre la vie, mais...

Lantis regarda l'étagère chargée de cristaux aussi noirs que la nuit. Chaque éclat cristallin contenait une âme, arrachée de force ou non.

- Si cela est nécessaire je peux faire souffrir...

Lorsque la jeune femme lui demanda pour le thé, Lantis ne put s'empêchée de rire à gorge déployée, un rire chaud et vibrant.

- C'est une petite blague. Il s'agit en réalité d'un puissant anesthésique. Je l'utilise pour prendre l’ascendant sur mes ... victime. Elle appuya sur ce dernier mot.
- C'est quelque chose qui peut aisément être transformé en poudre, qu'il suffira de jeter au visage d'un assaillant.

Adeline resta bouche bée devant l'histoire de la nécromante, comment pouvait on rester sain d'esprit en parlant avec les morts? Pourtant la jeune femme ne semblait pas démente, loin de là, elle semblait même un peu trop consciente. Son regard mettait mal à l'aise la jeune pourpre, pourquoi avait elle se sentiment de déjà vu?
Elle réfléchit mais ne trouva pas la raison de ce pré sentiment.
- Hum, je suis guère communes aux blagues, chez mon peuple nous parlons peu, dans les mois voir les années à venir pourriez-vous me prendre comme apprentis? Mon père me prend pour un benêt mais croyez-moi, je suis loin d'être ce qu'il dit et loin d'être pieuse comme lui. Elle cracha ces derniers mots avec une haine non dissimulée.

Tout à coup elle se rappela, ce visage elle l'avait vu le jour de ses 25 ans, lors d'une bataille dans laquelle elle était alliées, Adeline reçu un coup de poignard, lui lacérant le visage de part en part, alors qu'elle gisait sur le sol, un visage apparut au-dessus du sien, puis...

- Je ne me rappelle plus! cria Adeline.

- Une apprentie de plus... Après tout pourquoi pas.

Lantis remplis de nouveau son verre avant de le vider d'un trait.
Elle quitta le confort de son siège et contourna la table, pour s'approcher de son interlocutrice alors que cette dernière semblaient plongée dans de lointain souvenir.
Elle lui tapa l'épaule doucement pour rappeler son esprit au moment présent.
- Il n'est jamais bon de forcer un souvenir. Il se peut que le simple rappel suffise à ré ouvrir une plaie, à déchaîner la douleur sous la peau fraîchement cicatrisée.

Elle lui intima de se lever et de la suivre. Elles descendirent le petit escalier en colimaçon avant de rejoindre l'écurie.

- Si tu souhaites apprendre rend toi à Bourg-du-Cerf, et demande après Soren.

Elle saisit un fragment de parchemin et y griffonna quelques lettres assurées au charbon de bois avant de roulée le petit bout et de tendre le morceau à la Jeune femme pourpre.

- Remet lui ceci. Il t’amènera  au laboratoire, je devrais pouvoir regagner le Bourg d'ici demain, une fois que j'aurais fini de récolter tout ce dont j'ai besoin, et de déloger Elva de sa colline aux chèvres.

Elle laissa la Cavalière près de son destrier et quitta les stalles de la bâtisse centrale de Claireroche.

Adeline observa Lantis partir sans dire un mot. Étonnement elle se sentait un peu à sa place à ce moment précis. La marchande avait peut-être eu raison, ses souvenirs allaient revenir...sans doute même ce soir dans ses cauchemars.

Adeline avait été surprise de la tournure de cette entrevue, elle ne s'était jamais imaginée devenir l'apprentie de quelqu"un. Mais qui était donc ce Soren? Que lui réserverait-il?
À ces mots elle se dirigea vers une auberge non loin et pris une chambre, c'est en repensant à son sombre passé qu'elle s'endormit sur les peaux de bêtes de la couche.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frontera.forums-rpg.com
 

HF3 [RP] L'apprentie Pourpre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Larme pourpre - Assassin
» Mentor/Apprentie Le Départ!
» Une apprentie bien mignionne [PV Nuage de l'Aube]
» Nuage Pourpre
» Exces de boisson pourpre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Frontera - le refuge de l'espoir :: >> Apreforge :: ㄨ L'antre de Durandal-